Entre chez lui et chez moi : deux mondes d’éducation

Ton enfant revient de chez ton ex-conjoint et il te rapporte que ce dernier accepte des éléments que tu n’aurais jamais approuvés ou, à l’inverse, tu as l’impression qu’il est trop sévère face à certains comportements de ton petit. Que faire?

Bien que votre relation de couple se soit terminée, vous resterez, ton ex-conjoint et toi, unis par les liens sacrés de la parentalité pour le meilleur et pour le pire ! Une collaboration, aussi minime soit-elle, entre vous est nécessaire pour aider votre enfant à se développer en harmonie. Une éducation similaire dans ses deux milieux de vie favorisera son adaptation et diminuera le nombre de « zones grises » qui pourraient le pousser à tester davantage les limites.

Écouter et accueillir

Si ton enfant est triste ou en colère à la suite d’une situation particulière qui s’est produite chez son père, plutôt que te laisser emporter par tes émotions et de réagir impulsivement, prends le temps d’écouter ton jeune. Valide ce qu’il ressent, réconforte-le et questionne-le pour mieux comprendre sa perception. Explorez ensemble quel pouvoir il possède dans ce contexte précis et quelle est sa responsabilité. Tu peux aussi l’aider à retirer des apprentissages de cette expérience. Une fois apaisé, encourage-le à trouver des moyens qu’il pourra mettre en place pour régler la problématique. À moins que l’événement vécu chez son père soit grave, rien ne sert de t’insurger et de sortir tes « griffes ». Une bonne écoute est souvent plus efficace qu’une montée aux barricades !

Erreur à éviter

Évite à tout prix de critiquer ce qui se passe chez ton ex-conjoint devant ton jeune. Tout au long de l’enfance, les petits absorbent les informations qui leur sont transmises sans les remettre en question. En critiquant ou en discréditant les interventions de son père, ton enfant risque d’être perturbé, parce qu’il vous aime sans condition. Pour lui, maman dit vrai et papa dit vrai. Si les commentaires négatifs sur l’autre parent sont fréquents, il est probable qu’il se sente déchiré entre vous deux et ressente un conflit de loyauté ; « Si maman dit que papa est inadéquat, je dois penser comme elle, mais en réalité, j’aime mon père aussi. »

Être placé entre l’arbre et l’écorce induit une pression à l’enfant qui peut lui être très néfaste jusqu’à lui provoquer une détresse psychologique qui se répercutera sur ses comportements. De plus, s’il perçoit que les conflits entre ses parents sont causés par sa simple existence, cela peut être très lourd à porter. Même si la collaboration avec ton ex-conjoint peut s’avérer un réel défi, sache qu’une saine coparentalité est un facteur de protection non négligeable pour ton petit.

Savoir communiquer

Une intervention différente de la tienne ne veut pas nécessairement dire qu’elle n’est pas valable. Avant d’en discuter avec ton ex-conjoint, questionne-toi afin d’identifier ce que cette situation génère vraiment chez toi. Est-ce que les attitudes permissives de ce dernier te font ressentir un peu de jalousie parce que tu as l’impression de passer pour la méchante ? Est-ce que son encadrement plus rigide t’inquiète puisque tu as toi-même souffert d’une éducation de style « militaire » ? Les actes posés présentement par le père de ton petit auront-ils de réelles conséquences sur lui d’ici 5, 10 ou 15 ans ? Est-ce que cette situation relève vraiment de l’éducation de ton enfant ou est-ce qu’elle réveille certaines blessures reliées à votre séparation ?

Après réflexion, si tu considères que certains aspects du style disciplinaire de ton ex-conjoint méritent d’être abordés, de grâce, n’utilise pas ton jeune comme messager. Je t’invite à lui parler directement, idéalement en l’absence de ton enfant. Évite les confrontations en exprimant tes préoccupations face à certains faits. En discutant avec lui, tu auras l’occasion de comprendre son point de vue plutôt que de te faire une opinion sur les éléments rapportés par ton enfant. Reste ouverte au dialogue, tente de susciter sa collaboration, concentre-toi sur ses intentions et mise sur la recherche de solutions. Pour le bien-être de ton enfant, il sera parfois préférable d’accepter de faire certains compromis pour que votre équipe parentale demeure solide.

Que faire si la communication est inexistante entre les deux parents ?

Bien que la coopération entre les deux parents et qu’une similarité au niveau des pratiques parentales soit à privilégier sache que ton enfant possède la flexibilité nécessaire pour s’adapter à vos divergences. Avec le temps, il comprendra mieux les différences entre ses deux milieux de vie et finira par trouver un certain équilibre en fonction de vos modes de fonctionnement respectifs.

Lâche prise sur les éléments dont tu n’as pas le contrôle. Si tu considères que certaines de tes valeurs prioritaires ne sont pas transmises par le père de ton enfant, je t’invite à mettre plus d’accent sur celles-ci lorsque ton petit sera avec toi. Ainsi, plutôt que de te concentrer sur la frustration que tu ressens puisque ton ex-conjoint ne le fait pas de son côté, tu pourras placer ton attention sur la satisfaction d’avoir enseigné ce qui te semble fondamental.

Malgré toutes tes contrariétés en regard des méthodes éducatives utilisées par ton ex-conjoint, je t’invite à prendre du recul et à observer quels sont les attitudes et les moyens à privilégier afin de préserver ton jeune de vos mésententes. Rappelle-toi que votre séparation lui a été imposée et que son père et toi êtes les piliers de sa vie. Son bien-être devrait toujours rester au cœur de vos décisions.

Laury Boisvert
Maître praticienne en coaching familial, B. Éd.
Fondatrice de Coaching familial La Lanterne

418-934-9839
info@lalanterne-coaching.com
www.lalanterne-coaching.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page