Lettre à mes enfants

Lettre à mes enfants

Partager cet article

Je suis peut-être séparée, mais c’est mon cœur de maman tout entier qui bat pour vous.

C’était il y a quatre ans et jamais je n’oublierai ce moment. Je ne sais pas d’ailleurs si mon cœur de maman arrivera à guérir complètement. Je crois que cette cicatrice qu’il porte restera un peu douloureuse à chaque fois que ce souvenir reviendra à ma mémoire.

Je nous revois tous les 5 assis dans la salle à manger où vous vous étiez sagement installés tel que nous vous l’avions demandé : « Les garçons votre père et moi avons besoin de vous parler. » J’avoue, ça faisait sérieux, genre meeting au sommet même!

Vous vous doutiez que quelque chose n’allait pas, mais vous ne saviez pas encore à quel point cette annonce allait changer nos vies.

Vous avez pensé à une perte d’emploi, un déménagement, la mort de quelqu’un… mais pas la séparation de vos parents! L’un de vous a crié : « NOOONN ! C’est impossible pas nous! Et en plus, vous ne vous chicanez même pas ! »

Toi notre ainé (15 ans) tu as crié de colère, tu t’es levé et tu es monté dans ta chambre à l’étage. Et toi mon petit benjamin (10 ans), aussi en colère avec le trémolo dans la gorge tu as suivi ton grand frère. Quant à toi notre cadet, notre petit sandwich (13ans) tu es resté là avec nous et tu t’es mis à pleurer.

En quelques secondes et avec seulement quelques mots, c’est tout notre univers qui venait de s’écrouler. Tous les 5, nous tombions dans le vide, le cœur en miette et sans repère.

C’est chacun à notre façon que nous aurons eu à vivre les différents deuils qui surviennent lors d’une séparation ou d’un divorce. Et c’est chacun à notre façon que nous aurons su nous reconstruire avec du temps, de la communication et de l’amour…beaucoup d’amour ! Et sachez mes beaux enfants que je suis bien fière de vous trois.

Mais je sais, et comme vous le dites…ce n’est plus pareil.

La famille, c’est ma valeur la plus importante et je vous l’ai transmis depuis que vous êtes petits. Une famille c’est un papa, une maman et des enfants…alors, comment expliquer que votre maman ait fait le choix de briser cela?

Peut-être parce que la famille, c’est une maman « heureuse », un papa « heureux » et des enfants heureux. Une « maman » sera présente et intentionnée si la « femme en elle » est heureuse et ce n’était malheureusement plus le cas pour moi.

C’est quoi être heureux vous me demanderez ? C’est différent pour chacun et je crois que vous le saurez vraiment lorsque le bonheur sera absent pour un moment dans votre vie. Oui je dis bien pour un moment, car il peut partir ce bonheur, mais il revient toujours. C’est ma croyance et ma vitamine.

Votre père est un homme bon, un papa aimant, présent et généreux, mais « l’amoureux en lui » s’est enfui au fil du temps tout comme « l’amoureuse » en moi.

Vous savez mes chéris, prendre la décision de me divorcer a été la chose la difficile à faire de toute ma vie et je m’en suis voulue très longtemps. Je dois vous avouer que j’y ai longuement pensé et j’ai beaucoup pleuré avant de le faire. J’ai essayé croyez-moi de me convaincre que j’étais heureuse pour ne pas à en arriver là.

Me séparer de votre père c’était aussi me séparer de vous, une semaine sur deux et ça mes amours ça faisait mal en maudit. J’aurais tant voulu que ça se passe autrement.

Je me souviens de la première fois que vous avez quitté la maison avec vos petites valises pour passer la semaine chez votre père. Mon cœur saignait et voulait sortir de ma poitrine pour vous suivre. J’ai passé la semaine à vous chercher dans la maison, à rêver d’entendre votre voix et de pouvoir vous faire un câlin. Et que j’en ai « braillé » un coup !!!!

J’étais une maman à la maison à temps plein depuis votre naissance et tout à coup je me retrouvais seule avec moi même toutes les deux semaines. Avec une « MOI » que je ne connaissais même plus, une méchante étrangère qui avait tout brisé.

Mes pensées étaient constamment dirigées vers vous et mon horloge interne était synchronisée avec vos besoins et vos habitudes. Je pensais encore à l’heure des médicaments, des traitements, du coucher, des repas ou autre et je tournais en rond dans la maison vous sachant pas très loin dans une nouvelle maison… celle avec votre père.

Eh oui à cause de cette décision vous avez deux maisons, une avec votre père et une avec votre mère… c’est ce que j’aime dire au lieu de dire « chez papa » et « chez maman » qui laisse croire mes pauvres enfants que vous n’avez pas de maison bien à vous.

Vivre 50% seulement de votre vie avec vous a été difficile à accepter et en même temps est devenu une motivation à faire que ce 50% compte pour moi et pour vous. Je suis plus présente à vous aujourd’hui…et j’arrive même à sourire.

Ce qui m’a aidé à prendre la décision de me séparer, c’est qu’avec cette expérience je vous montre l’exemple que nous avons toujours le choix de notre bonheur. C’est à nous de faire les actions pour le vivre ce « bonheur », et ce même si sur le coup ça nous oblige à prendre des décisions déchirantes.

Si un jour mes beaux chéris vous êtes dans une relation qui ne vous permet plus de vous épanouir, de vivre l’amour et d’être heureux…souvenez-vous que vous séparer c’est une fin, mais c’est aussi un début !!

Maintenant, ça va mieux, car votre mère se reconstruit tranquillement. Je vous vois aussi vous adapter à la situation et ça me fait du bien. J’ai encore un pincement au cœur les vendredis lorsque vous quittez, mais je ressens une grande joie lorsque vous revenez.

Dimanche se sera la fête des Mères, lorsque vous étiez petits votre père faisait des bricolages ou préparait des surprises avec vous spécialement pour cette occasion.

Ce n’est évidemment plus comme ça et c’est un deuil à vivre…mais heureusement vous avez eu le temps d’apprendre ce qui me permet de recevoir beaucoup d’amour de votre part.

Même si je suis séparée, je suis « TOUTE-MOÉ » et dans cette « TOUTE-MOÉ » il y a une « femme heureuse », « une mère heureuse » et une « maman heureuse  à temps plein »…même si je vous vois qu’aux deux semaines.

Je suis là, pas très loin de vous et je vous aime à temps plein !

Marilyne,

Votre maman, une femme divorcée, mais heureuse !

Bonne fête des Mères à toi ma chère lectrice !

 

 

Fermer le menu